engagé Sociologie alimentaire Vegan

La viande en questions

En cette journée sans viande, j’ai décidé de répondre à quelques questions qu’on me pose souvent au sujet de la viande et du véganisme. Je tente d’y répondre au meilleur de mes connaissances. Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à me les écrire en commentaires. Je t’explique que manger des animaux n’est pas naturel, manger végé est bon pour la santé et qu’en plus tu pourras continuer à cuisiner à ta façon les diverses protéines végétales!  

Pour des burgers sains et sans viande :  Ma recette de burgers de choux-fleurs 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Manger de la viande est-ce naturel? 

Manger de la viande est culturel

Non, l’être humain n’a pas toujours mangé des animaux tel qu’il le fait aujourd’hui, car pour chasser et préparer de la viande, ça prend des outils élaborés. Les hommes ont d’abord dû inventer les outils. Lorsqu’on demande à la paléoanthropologue Briana Pobiner, spécialiste de l’évolution de la consommation de la viande chez l’être humain, « If you decide you’re not going to eat meat, are you going against some basic form of human nature? » Elle répond à la négative :

« Not necessarily. The meat-eating that we do, or that our ancestors did even back to the earliest time we were eating meat, is culturally mediated. You need some kind of processing technology in order to eat meat, and there’s an amazing amount of social diversity in the way that meat is used, cooked and eaten in the modern world. So I don’t necessarily think we are hardwired to eat meat, but it is an important part of our evolutionary history. » (Why do we eat meat? Tracing the evolutionary history)

  Manger de la viande n’est pas quelque chose de naturel, mais bien de culturel. Ce n’est donc pas quelque chose d’immuable ou de nécessaire (à notre époque et dans les pays développés).

Les pratiques alimentaires varient dans le temps et l’espace. On peut se dire que ce qu’on connaît aujourd’hui comme normes alimentaire est éphémère. 

L’homme veut manger des animaux sans les tuer

Par contre, dès qu’on a commencé à manger des animaux, certains se sont opposés au fait de tuer pour se nourrir:  » aussi loin que remontent les documents historiques, les hommes ont toujours exprimé de l’ambivalence à l’égard de la violence et de la mise à mort inséparablement liées au fait de manger des animaux. » (J. S. Foer p. 133.). Ainsi, l’homme a mis en place toute sorte de stratagèmes pour se libérer de la responsabilité de la mort de l’animal. La mise à mort elle-même a toujours posé un problème. De tout temps, c’est un acte que l’être humain veut occulter. « De nos jours encore, la mise à mort des animaux dans les abattoirs est considérablement « euphémisée » : on ne tue pas, on « abat » l’animal, on le « désanimalise » […] Consommer de la chair animale implique donc toujours un travail symbolique ayant pour objectif de reconstruire « l’acte létal » en « fait social (P. Marie, p. 74-75.) Ainsi, il y a l’importance de partager la viande, comme on le fait lors des repas de fêtes. « partager la viande, c’est aussi partager la responsabilité de la mise à mort et, en somme, la recycler symboliquement, la transformer en lien social. » ( P. Marie, p. 72.) Encore aujourd’hui, je me demande lorsqu’on voit des images de mort « inhumaine » dans les abattoirs, si c’est la condition dans laquelle l’animale est tué qui choque le plus ou le simple fait d’être mis face au fait que pour manger de la viande, il faut tuer des animaux? 

2. Peut-on manger de la viande et être en santé quand même?

Manger sans viande est bon pour la santé

Oui. C’est prouvé depuis bien longtemps. La plupart des experts en nutrition s’entendent pour dire que  » le végétarisme est au moins aussi bon pour la santé qu’un régime incluant de la viande » (J. S. Foer, p. 201.) Je tiens à préciser qu’on peut manger de façon saine ou malsaine en étant végane tout comme en étant omnivore… Si vous voulez plus d’informations sur ce sujet laissez-moi un commentaire.

La pensée magique

Le fait de considérer qu’on a besoin de manger de la viande rouge, par exemple pour avoir de la force peut s’expliquer par la « pensée magique ». Partant de la pensée magique qui implique le principe de contagion, la croyance veut que l’on assimile les propriétés de ce qu’on mange. Donc, manger un bœuf, qui est un animal ayant une bonne force physique, donnerait de la force. Mais en réalité, on n’est pas plus fort en mangeant du bœuf qu’en mangeant des pois chiches…

3. Pourquoi les végétariens et véganes mangent de la fausse viande?

Il existe 1001 substituts de viande à base seitan, de tofu, de soja, etc. Mais manger de la fausse viande n’est pas nécessaire si on mange des légumineuse, des graines et des noix. Cette dernière option est plus saine et moins coûteuse d’ailleurs. Mais beaucoup de véganes et végétariens mangent de la fausse viande. Pourquoi?

L’homme néophile et néophobe

Claude Fisher parle d’un paradoxe entre le fait qu’on recherche toujours la nouveauté dans l’alimentation tout en étant effrayé par celle-ci. Il considère l’être humain comme néophile et néophobe à la fois. Ce paradoxe trouverait une réponse dans la cuisine qui permet à la fois d’apprêter un même aliment d’une multitude de façons (« apporter de la variété dans ce qui est familier »), comme elle permet d’apprêter un nouvel aliment d’une façon familière afin de l’apprivoiser. Ainsi cuisiner le soja ou le gluten de blé en lui donnant la forme, le goût ou la texture de plat de viande que l’on connaît est une façon d’apprivoiser ces aliments. Les fausse viandes sont d’une grande aide lorsqu’on veut commencer un régime végétarien ou végane, par exemple. 

Les goûts de l’enfance

Nos goûts et références culinaires se forment dans l’enfance et son liés à plein de souvenirs et d’émotions. Pourquoi la cuisine de notre maman est-elle si réconfortante? La nourriture est intimement liée à nos émotions et parfois on peut ressentir le besoin, même en tant que vegan, de retourner à ces premiers plats et nos premières émotions gustatives. C’est aussi pour ça que les fausses viandes sont là et que bien des végétariens confirmés en mange de temps à autre. 

Pour aller plus loins: 

Le livre de Jonathan Safran Foer: Faut-il manger les animaux , qui est vraiment extra!

Le documentaire Cowspiracy, qui est aussi vraiment excellent! 


Cowspiracy: The Sustainability Secret par docs4all

Quelques articles : 

http://www.liberation.fr/france/2016/03/31/derriere-la-gastronomie-une-cruaute-de-masse_1443157

https://www.franceculture.fr/emissions/le-monde-selon-michel-onfray/michel-onfray-si-je-pense-je-deviens-vegetarien


Sources

Patricia Marie, Hommes et femmes dans l’apprentissage et la transmission de « l’art culinaire », Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2014.

Jonathan Safran Foer, Faut-il manger les animaux ?, Editions Points, 2009. 

Sans les citer directement, je m’inspire de Claude Levy Strauss et Claude Fishler 

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Website Protected by Spam Master